La virtualisation est une technologie qui permet de créer un environnement d'exploitation isolé du système d'exploitation hôte en installant plusieurs systèmes virtuels.

Plutôt que d'investir dans des serveurs physiques sous-employés, chacun étant dédié à une utilisation spécifique, la virtualisation des serveurs permet de regrouper ces systèmes sur un plus petit nombre de serveurs physiques, mieux utilisés.

Cela permet de regrouper plusieurs serveurs physiques sous-employés sur un seul hôte qui exécute des systèmes virtuels, de réduire la surface au sol, la consommation électrique, le besoin de climatisation et le nombre d'administrateurs. Cela améliore la souplesse d'adaptation de l'informatique mais encore sa diminue le coût de l'infrastructure d'une entreprise par des économies (locaux, consommation électrique, ...).

La virtualisation des postes de travail permet aux administrateurs systèmes et réseaux de gérer beaucoup plus facilement les postes de travail de l'entreprise et de répondre avec flexibilité aux demandes des utilisateurs. Un poste de travail virtualisé (ou bureau virtuel) peut être hébergé soit directement sur le PC client soit sur un serveur dans le centre de données, cette dernière topologie portant le nom de VDI (Virtual Desktop Infrastructure).

Un bureau virtuel hébergé sur le PC client crée un second environnement d'exploitation, isolé, permettant de faire fonctionner des applications anciennes, incompatibles avec un système d'exploitation moderne, ou des applications métier dans leur environnement natif. Cette technique sert aussi à faire fonctionner concomitamment deux systèmes d'exploitation sur le même matériel.

L'infrastructure VDI de postes de travail virtualisés héberge et exécute l'ensemble du contenu logiciel d'un PC (système d'exploitation, applications, données) sur des serveurs du centre de données. Les utilisateurs utilisent leurs bureaux virtuels via un poste client qui accepte certains protocoles de bureau à distance comme par exemple RDP, Remote Desktop Protocol.